Rédaction web : le guide complet pour (bien !) se former

La rédaction web est une compétence indispensable pour bien communiquer sur Internet. Vous voulez (vraiment !) l’acquérir ? Formez-vous avec ce guide complet.

Sur LinkedIn, on ne compte plus les experts auto-proclamés de la rédaction web. Il suffit de jeter un œil à leurs contenus pour comprendre qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent.

Désolé, je mets directement les pieds dans le plat mais la rédaction web est l’une de ses compétences qui n’est pas respectée. À l’instar du community management.

N’en déplaisent à certains, il ne suffit pas de savoir mettre en ligne un texte pour être un rédacteur web qui génère des résultats.

Si vous êtes ici, c’est que vous en avez conscience et recherchez des informations concrètes pour vous former.

C’est un super point de départ. Ne perdons pas plus de temps et passons à l’action.

73000 redacteur web sur linkedin
Plus de 73000 rédacteurs web sur LinkedIn mais génèrent-ils des résultats ?

C’est quoi la rédaction web ?

Si vous me suivez sur le blog, vous savez que je ne suis pas fan des définitions qu’on peut retrouver sur les sites mainstream.

Si on se réfère à ce que nous en dit Wikipedia, la rédaction web consiste à produire des contenus adaptés à Internet. Ok, et après ?

Pour ma part, je suis convaincu qu’être rédacteur web ne s’arrête pas à la production de contenu : il y a la réflexion stratégique menée en amont et les analyses réalisées en aval.

La rédaction web ne s’arrête pas à l’écriture

Naturellement, la rédaction web c’est écrire.

Il y a différentes techniques pour écrire un contenu optimisé pour le web et plutôt que de vous faire un long discours, je vous propose de consulter ce cas pratique :

Cas pratique : comment rédiger du contenu web ?

Dans ce cas pratique, je vous présente les bonnes pratiques à suivre pour générer des résultats tout en vous promettant de le référencer en premier sur Google.

Mission accomplie, comme vous le verrez :

redaction web la preuve par l'exemple
Premier sur le mot clé “comment rédiger du contenu web” !

Mais voilà, si vous souhaitez vous former à la rédaction web, vous devez avant tout comprendre que cette discipline ne se limite pas à l’écriture.

Il y a un travail préparatoire à réaliser en amont puis un travail d’analyse à mener en aval.

Le travail préparatoire de la rédaction web

Si vous vous intéressez au sujet du marketing digital, vous avez sans doute déjà lu quelque part que l’enjeu principal du rédacteur web est d’envoyer le bon message à la bonne personne au bon moment et au bon endroit.

C’est tellement vrai mais si peu pris au sérieux.

On a tellement l’habitude de voir des buzzwords – sh*twords 😅 – dans le marketing qu’on prend cette règle d’or pour une simple punchline sans fond.

Pourtant, c’est la clé pour générer des résultats. Voyons donc comment relever le défi grâce à la première étape de la rédaction web.

1. Travailler ses Personas

Ici, on va être clair : il est impossible de générer des résultats sur Internet sans connaitre ses Personas.

Un Persona est le profil type de votre client idéal.

Bien avant de rédiger du contenu, vous devez travailler une fiche pour chacun de vos Personas afin de déterminer ses besoins, attentes et comportements.

Comme voulez-vous rédiger du contenu pertinent si vous ne savez pas ce que recherche votre cible ?

Pour travailler votre fiche Persona c’est ici

2. Comprendre leur parcours d’achat

Avant de prendre une décision d’achat, le consommateur – en B2B comme en B2C – mène une réflexion en 3 étapes :

le parcours d'achat en marketing digital
Awareness, Consideration, Decision : 3 étapes à prendre en compte dans la rédaction web

Il prend d’abord conscience d’une problématique, recherche ensuite des solutions, les compare et prend enfin sa décision d’achat.

Le succès de votre stratégie de rédaction web dépend directement de votre habileté à cartographier le parcours d’achat de vos Personas.

Votre cible ne se pose pas les mêmes questions selon qu’elle se situe au début, au milieu ou en fin de réflexion. Les mots clés qu’elle utilise change, les formats des contenus web qu’elle consulte également.

Revenons en détails sur ces deux points.

3. Identifier les mots clés stratégiques

Pour illustrer l’importance de cette étape dans la rédaction web, voici une statistique clé : un acheteur mène en moyenne 12 recherches en ligne avant de prendre sa décision.

Autrement dit, il saisit 12 mots clés différents.

Le rédacteur web doit donc créer du contenu dans le but de bien se référencer sur ces mots clés mais lesquels sont-ils ?

L’erreur que je constate la plupart du temps dans les entreprises que je rencontre c’est celle qui consiste à sortir un mot clé de son chapeau – ou presque – et travailler son contenu autour de celui-ci.

Bien souvent, il s’agit d’un mot clé issu du vocabulaire, du jargon de l’entreprise. Le truc, c’est que la cible, elle, ne l’utilise pas.

Si j’avais travaillé ce contenu autour du mot clé « content marketing » ou « seo », seriez-vous ici ? C’est peu probable.

Pour identifier ses mots clés stratégiques, le rédacteur web peut s’appuyer sur le travail de Persona vu en amont et utiliser des outils comme Yooda ou Ubersuggest pour en analyser le potentiel.

10 outils SEO pour votre rédaction web

4. Déterminer les bons formats et leviers de diffusion

La rédaction web ne se résume pas à l’écriture de pages ou d’articles de blog.

Pour générer des résultats, rappelez-vous, il est essentiel de diffuser le bon message au bon endroit et dans le bon format.

créer un emailing c envoyer le bon message a la bonne personne au bon moment
Le secret de la rédaction web !

Comme vous pouvez le constater dans le graphique ci-dessus, les formats de contenus plébiscités par l’acheteur varient selon les 3 étapes de la réflexion d’achat.

Votre travail de Persona vous permettra d’identifier les formats à intégrer dans votre stratégie de rédaction mais il faudra aussi aller plus loin en déterminant les bons leviers de diffusion.

Le référencement est-il le seul à votre disposition ? Est-il d’ailleurs le plus adapté ?

Ce ne sera pas toujours le cas.

Chez mes clients – et chez SLN aussi d’ailleurs ! – je remarque par exemple que les prospects mènent plus volontiers la partie awareness sur les réseaux sociaux. Est-il alors judicieux de rédiger ce type de contenu sur un site web ?

Le rédacteur web doit avoir une réponse à ce genre de questions.

C’est seulement en prenant le temps de mener ce travail préparatoire que vous parviendrez à obtenir des résultats significatifs. Néanmoins, vous ne devrez pas arrêter vos efforts après l’écriture et la mise en ligne de votre contenu. Au risque de ne pas obtenir un R.O.I. optimal…

Le travail d’analyse de la rédaction web

Vous aurez beau bien préparer votre stratégie puis écrire les meilleurs contenus du monde, les résultats que vous obtiendrez ne seront pas toujours au RDV. Ou ils seront très différents de ce que vous attendiez.

Il n’est pas rare que je rédige un contenu avec l’ambition de me référencer sur un mot clé précis et de constater quelques mois plus tard que le mot clé qui me rapporte du trafic n’est pas du tout celui-ci.

Voici un exemple cocasse :

exemple de redaction web loupee
Premier sur ce mot clé mais est-ce pertinent ?

Cet article est premier sur le mot clé « je n’aime pas google ». Bien que très drôle, ce n’était pas voulu.

Ici, il n’y a pas grand-chose à tirer de cette information.

Cependant, la plupart du temps, vous vous apercevrez en analysant les performances de vos contenus que vous pouvez les améliorer en prenant différentes décisions.

Parfois, vous devrez compléter un contenu avec un mot clé inattendu mais qui génère du trafic.

D’autres, vous devrez fusionner deux contenus qui se cannibalisent.

Pire, il vous faudra régulièrement prendre la décision de supprimer un contenu qui ne performe pas et dégrade votre domain authority.

Le travail d’analyse est donc crucial dans la rédaction web.

Pour le mener à bien, vous pouvez vous appuyer sur les deux outils suivants :

À ce stade de l’article, vous avez sans doute pris conscience des efforts que demande la rédaction web. Pour vous persuader de ne pas baisser les bras, voici les bénéfices de la discipline.

Pourquoi investir dans la rédaction web ?

Si la rédaction web est une discipline si complexe, c’est parce que la concurrence est rude. De nombreuses entreprises ont compris les avantages de créer du contenu sur Internet pour gagner en notoriété et développer son chiffre d’affaires.

Bénéfice #1 : répondre aux attentes de l’acheteur moderne

L’acheteur a toujours voulu avoir un temps d’avance sur le vendeur pour mener la négociation et être sûr d’obtenir la meilleure offre.

Avant Internet, c’était quasiment impossible. La seule source d’information, c’était les commerciaux.

Désormais, la donne a changé : l’acheteur à une tonne d’informations à sa disposition et il n’a qu’à ouvrir son navigateur Internet pour trouver une réponse à sa question.

Dans ce contexte, vous devez être présent en ligne au risque de voir vos prospects mener leur réflexion avec les contenus de la concurrence.

La rédaction web est le point de départ d’une stratégie de génération de Leads efficace :

Bénéfice #2 : maitriser vos coûts d’acquisition

Chez SLN, la rédaction web et plus globalement l’inbound marketing nous permettent de générer chaque mois entre 400 et 600 prospects qualifiés. Avec le bouche-à-oreille, le web représente l’intégralité de notre chiffre d’affaires.

Dès lors, nous sommes à même de déterminer combien nous rapporte le moindre contenu rédigé.

Quel autre levier marketing peut vous le permettre ? Aucun.

(Disclaimer : si vous pensez ici aux campagnes de publicité en ligne, Google Ads, Facebook Ads, LinkedIn Ads et consort… Vous avez raison. Mais sans stratégie de contenu, vous ne pouvez pas convertir avec ce levier !)

La rédaction web vous permettra de réduire votre coût d’acquisition client de 61% en moyenne.

Bénéfice #3 : soutenir vos commerciaux

Il y a une statistique que j’aime bien rappeler aux commerciaux que je forme à la prospection digitale : 59% des acheteurs ne veulent pas parler à un commercial.

Cette statistique date de début 2018, avant le Covid et toutes les évolutions technologiques qui sont apparues depuis (chatbot, automation…). Autant dire que cette part a très certainement explosé depuis.

Derrière cette statistique, il y a un point crucial : l’acheteur souhaite mener sa réflexion de son côté avant de parler gros sous. Si vous vous remémorez les 3 étapes du parcours d’achat que nous avons vues précédemment, l’acheteur n’avancera pas avec un commercial avant la phase de décision.

Or, la majorité de vos prospects sont en awareness ou consideration. C’est ce qui explique que sur 100 appels passés à froid, 1 seul débouchera sur un RDV qualifié. Mais que deviennent les 99 autres ?

Rien. Juste une tâche à 6 ou 12 mois dans le CRM pour reprendre contact.

Si vous avez une stratégie de rédaction web efficace, les commerciaux peuvent utiliser les contenus créés pour alimenter la réflexion de l’acheteur dans l’intervalle. Mieux, vous pouvez automatiser le tout grâce au marketing automation.

Tout ce qu’il faut savoir sur le marketing automation

Bénéfice #4 : réduire la durée de votre cycle de vente

Bien souvent, un prospect ne prend pas sa décision d’achat en raison d’un point bloquant en interne. Chez nous, par exemple, le prospect peut attendre la refonte de son site internet avant de penser au marketing digital.

Grâce à nos efforts de rédaction web, nous pouvons lui envoyer régulièrement du contenu et lui faire prendre conscience que la refonte est le meilleur moment pour mettre en place une stratégie digitale. Si cela ne fonctionne pas, nous avons plusieurs contenus web pour l’aider à réussir sa refonte.

Dans les deux cas, nous mettons toutes les chances de notre côté pour avancer plus vite. Nous constatons avec nos clients que la rédaction web permet de réduire la durée du cycle de vente de 30% en moyenne.

Voilà pour les bénéfices. Maintenant, pour en tirer pleinement profit, le rédacteur web doit avoir quelques compétences clés.

Les compétences indispensables au rédacteur web

Le rédacteur web doit pouvoir s’appuyer sur les 5 compétences suivantes : le référencement naturel, le stoytelling, le community management, le reporting et la curation. Il a également ces 4 traits de caractère : la curiosité, la créativité, l’organisation et la rigueur.

1. Le référencement naturel

Cette compétence est évidente : pour générer des résultats avec un contenu web, il est essentiel qu’il soit bien référencé sur Google et les autres moteurs de recherche.

Le référencement naturel est la stratégie qui permet d’optimiser un contenu et d’optimiser ses chances d’apparaitre en première position dans les résultats de recherche.

La personne en charge de la rédaction web doit maîtriser les 3 piliers du SEO :

  • Le pilier technique ;
  • Le pilier contenu ;
  • Le pilier autorité ;

Formez-vous au référencement naturel avec ce guide gratuit

2. Le storytelling

Ce qui distingue un excellent rédacteur web d’un rédacteur web lambda, c’est sa capacité à embarquer le lecteur.

Comme nous l’avons vu avec la compétence précédente, il est important de rédiger les contenus web selon les bonnes règles du référencement. Mais vous ne devez pas oublier le lecteur pour autant.

Sinon, Google cessera de vous mettre en avant. Si les internautes cliquent sur le résultat qui renvoie vers votre site internet sur le moteur de recherche mais qu’ils repartent illico presto, cela enverra un mauvais signal.

Google en déduira que l’internaute est frustré par ce qu’il lui a proposé – votre contenu – et cessera donc de le suggérer.

Le storytelling est donc une compétence indispensable au rédacteur web.

Pour en savoir plus ici, vous avez deux options :

3. Le community management

Comme je le disais en intro, la rédaction web et le community management sont sans doute les deux compétences les moins respectées dans le marketing.

Beaucoup s’autoproclament expert du community management parce qu’ils utilisent les réseaux sociaux dans leur vie privée depuis leur plus tendre enfance. Naturellement, communiquer sur les réseaux sociaux dans le cadre professionnel n’a rien à voir.

Le rédacteur web doit avoir cette compétence pour deux raisons :

D’abord, les réseaux sociaux sont essentiels pour générer des visiteurs sur vos contenus dans l’attente que Google les référence. Le référencement naturel demande du temps.

Ensuite, il est très dangereux de ne compter que sur Google pour générer du trafic.

Si la rentabilité de votre stratégie de rédaction web dépend uniquement de la bonne volonté du Google, vous pourriez bien déchanter tôt ou tard. Je vous donne un exemple très concret.

Ce week-end, notre site internet « est tombé en panne ». Pendant 48h, il était indisponible. Google a pris la décision de désindexer nos contenus immédiatement. Nous sommes passés de 3300 visiteurs par jour à « seulement » 600.

Nous récupérerons nos visiteurs dans quelques jours mais vous voyez bien ici que tout miser sur Google est suicidaire.

Le rédacteur web doit donc être capable de bien communiquer sur les réseaux sociaux pour partager ses contenus. Il pourra ainsi diversifier les sources de rentabilité.

4. Le reporting

C’est le gros défaut des rédacteurs web en entreprise : ils font trop souvent l’impasse sur le reporting. Problème, votre employeur vous paie et a besoin d’être rassuré.

J’ai l’habitude de dire que le retour sur investissement de la rédaction web ne se mesure pas seulement au chiffre d’affaires qu’elle génère.

La rédaction web permet de gagner en notoriété, d’éduquer un marché, de réactiver des prospects dormants ou encore de réduire la durée du cycle de vente.

Tout ça doit être mesurer et rassurera votre DG.

5. La curation

La curation de contenu est indispensable à la rédaction web. Pourtant, seuls 25% des rédacteurs font de la curation.

La curation de contenu c’est l’art de mener une veille et d’en partager les fruits. Elle vous permet à la fois de trouver des idées de contenu mais également de gagner en objectivité dans votre communication en partageant d’autres contenus que les vôtres.

Quelles sont les qualités d’un bon rédacteur web ?

Un bon rédacteur web doit pouvoir s’appuyer sur les 4 traits de caractère suivants : la curiosité, la créativité, l’organisation et la rigueur. Voyons cela en détails.

Il est curieux

Pendant des années, je menais 1h30 de veille chaque jour. Puis j’ai arrêté, (presque) totalement. Jusqu’à ce matin. J’ai pris le temps de lire quelques articles et immédiatement, de nouvelles idées ont émergé.

Le passage de ce guide en est d’ailleurs une preuve concrète 😅

Faire de la rédaction web, c’est comme les montagnes russes. Parfois, on est ultra motivé, les idées fusent et les doigts parcourent le clavier tel un pianiste de génie.

D’autres, on reste bloqué devant une feuille blanche, sans savoir quoi raconter. Cette période peut même durer des semaines voire des mois. Sauf si vous êtes curieux.

Pour être un bon rédacteur web, vous devez être régulièrement en veille sur votre métier mais pas que. Vous pouvez aussi vous intéresser à d’autres sujets, qui n’ont même parfois rien à voir, et vous entraîner à trouver des passerelles pour vos contenus.

Je rédige régulièrement des contenus en mêlant deux sujets qui n’ont a priori rien à voir :

Il est créatif

J’adore cette statistique :

1200 publicités par jour contre 200 dans les années 1980s

Dans les années 80, notre cerveau n’était confronté « qu’à » 200 messages publicitaires par jour. Oui, ça peut déjà paraitre énorme. Mais comparer à aujourd’hui…

Désormais, notre attention est mise à mal par plus de 1200 messages de pub quotidiennement. 6 fois plus de messages mais guère plus d’attention. Paraitrait même qu’elle a baissé avec le temps… !

Nous avons ici un défi majeur de la rédaction web : comment retenir l’attention des internautes qui sont noyés sous la masse de contenu disponible ? Il faut être créatif.

Le rédacteur web doit savoir se démarquer et être authentique dans la création de contenu.

Exploiter certains biais cognitifs peut s’avérer très utile dans la rédaction web :

Il est organisé

Le retour sur investissement de la rédaction web dépend directement de l’organisation de l’auteur. Je n’exagère pas.

Un bon rédacteur web a un process documenté. Obligatoirement. Il a défini :

  • Comment mener ses recherches pour traiter un sujet ;
  • Quelles sources d’information suivre régulièrement ;
  • Quelles bonnes pratiques suivre pour rédiger un contenu efficace ;
  • Comment faire la promotion de ses contenus ;
  • Quoi et quand publier ;

Sans cela, vous passerez plus de temps à vous poser des questions qu’à rédiger. Autre point important, sans process, vous ne pourrez pas externaliser votre rédaction web avec succès. On en reparlera en fin de guide.

Il est rigoureux

Vous le savez : pour générer des résultats avec la rédaction web, il faut publier régulièrement. C’est une des raisons pour lesquelles vous devez d’ailleurs travailler un calendrier éditorial.

Mais voilà, à quoi sert un calendrier éditorial s’il n’est pas suivi ? À rien, on est d’accord.

Il nous arrive régulièrement de travailler le calendrier éditorial de nos clients dans le cadre de notre prestation Workshop. Nous définissons les sujets d’article, les tunnels de conversion à mettre en place et les dates de publication.

Il m’est arrivé, heureusement rarement, de voir un client n’avoir rédigé qu’un article du calendrier éditorial… Inutile de vous dire que les résultats n’étaient pas au RDV.

La rigueur est une qualité clé pour le rédacteur web qui doit bien prendre soin de :

  • Respecter les bonnes pratiques de rédaction ;
  • Être assidu dans ces publications ;
  • Traiter son sujet en profondeur ;

Maintenant que nous avons vu les qualités et compétences indispensables au rédacteur web, voyons maintenant le process à suivre pour générer des résultats.

7 étapes pour faire de la bonne rédaction web

Le travail du rédacteur web va bien plus loin que l’écriture pure et simple. Voici les 7 étapes à suivre pour réussir dans la rédaction web :

–       Étape 1 : définir sa ligne éditoriale

–       Étape 2 : travailler un calendrier éditorial

–       Étape 3 : effectuer un travail de recherche

–       Étape 4 : identifier les bons mots clés

–       Étape 5 : rédiger le contenu

–       Étape 6 : promouvoir le contenu

–       Étape 7 : analyser les performances

Étape 1 : définir sa ligne éditoriale

Si vous faites de la rédaction web, vous vous êtes forcément déjà retrouvé face à votre ordinateur, un document doc ouvert, vierge, en vous demandant ce que vous alliez bien pouvoir publier.

Non ?

Moi, en tout cas, ça m’est arrivé pendant des années. Jusqu’à ce que je travaille enfin ma ligne éditoriale. Et mon calendrier mais on y revient juste après.

L’idée ici, c’est de vous baser sur la réflexion de votre persona :

le parcours d'achat en marketing digital

Selon les 3 étapes de sa réflexion, l’acheteur se pose des questions différentes. Si vous arrivez à les identifier, vous aurez votre ligne éditoriale.

Étape 2 : travailler un calendrier éditorial

Logiquement, si vous avez bien bossé votre ligne éditoriale, votre calendrier découlera de lui-même.

C’est une recommandation très générale et donc peut-être à ajuster pour vous mais ce que je constate chez mes clients depuis une dizaine d’années maintenant, c’est qu’il est souvent nécessaire de rédiger deux contenus par semaine pour générer des résultats.

Identifiez donc les deux meilleurs jours de la semaine pour votre rédaction web. Ensuite, prenez soin d’alterner les contenus awareness, consideration, decision :

  • Mardi : awareness
  • Jeudi : consideration
  • Mardi : decision
  • Jeudi : awareness etc…

Et voilà, vous avez un calendrier de rédaction au top !

Étape 3 : effectuer un travail de recherche

Cette étape, on est vite tenté de la zapper. Moi, même, ça m’est arrivé par le passé. Puis j’ai compris que le temps que j’avais gagné, je le reperdais systématiquement x10 par la suite.

Sans recherche, il y a de grandes (mal)chances pour que vous ayez à revenir sur votre contenu dans quelques mois parce qu’il ne génère pas de trafic.

Dans votre recherche, vous devez ainsi prévoir d’identifier et analyser :

  • Les contenus qui sont bien référencer autour de votre sujet ;
  • Les questions que peut se poser votre cible sur ce sujet ;
  • Les réponses les plus pertinentes à apporter ;

Quand je m’apprête à rédiger sur un sujet, je regarde les meilleurs résultats sur Google. J’identifie leurs forces et leurs manques. J’analyse des contenus qui performent bien Outre-Atlantique pour trouver des idées neuves. Puis, après cela, je recherche mes mots clés !

Étape 4 : identifier les bons mots clés

Avant, pour SLN, je rédigeais jusqu’à 5 articles par semaine. Parfois plus. Inutile de vous dire que je ne prenais pas le temps de faire de recherches et que je faisais même bien souvent l’impasse sur l’identification de mots clés.

Je le définissais « dans ma tête » et je partais à fond de balle sans en vérifier la pertinence. NUL ! Perte de temps !

En rédaction web, la supposition élimine toute chance de retour sur investissement.

Vous devez définir les bons mots clés pour votre sujet. Ceux qui sont à la fois suffisamment saisi mais pas trop concurrentiel.

Comment ?

Le guide pour bien choisir vos mots clés en référencement

Étape 5 : rédiger le contenu

Voilà, nous y sommes. Voici le point clé de la rédaction web. Comment rédiger un contenu efficace ? Voici l’anatomie d’un article pertinent :

la pyramide de la redaction web
Anatomie d’un contenu web réussi

Le titre de votre article

Il paraitrait que 80% des internautes ne lisent que le titre d’un article. Frustrant quand on est rédacteur web n’est-ce pas ?

Cela peut s’expliquer par deux choses :

  • Soit l’internaute veut trouver une réponse immédiatement, dès le titre ;
  • Soit les titres que vous rédigez n’incite pas à la lecture ;

Faites votre choix 😀

Le titre de votre article influe directement sur votre taux de clic dans les résultats Google. Rédigez-le en prenant soit de bien transmettre la promesse de votre contenu.

Le chapô

On ne va pas se mentir, rare sont les internautes qui lisent l’intégralité d’un contenu. D’ailleurs, si vous êtes toujours là, merci à vous !

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est important d’être percutant dès le chapô de votre article. Ici, je vous recommande d’utiliser la technique de copywriting AIDA.

La solution à la problématique

En rédaction web, on peut être tenté d’apporter la solution à la problématique de l’internaute en fin de contenu pour le garder jusqu’au bout. Très mauvaise idée.

L’internaute est pressé, s’il ne trouve pas la réponse à sa question, il reviendra en arrière, sur les résultats Google. Google interprétera ça comme une déception de l’internaute et donc une menace pour son image de marque. Votre contenu sera donc de moins en moins bien référencé.

Vous devez donc vous attacher à répondre à l’intention de recherche de l’internaute immédiatement après le chapô. Si vous êtes bon, vous pourrez ensuite amener d’autres réflexions et garder le lecteur.

Le sujet en profondeur

Le rédacteur web doit savoir comment répondre à la question de l’internaute tout en l’incitant à se poser des questions complémentaires. Ainsi, il apporte plus de valeur ajoutée qu’en attendait le lecteur et le temps passé sur le site explose.

Ne vous contentez donc pas de traiter l’intention de recherche de l’internaute et élargissez le sujet. La majorité des internautes partira après avoir eu la réponse à sa question MAIS certains continuerons la lecture. Ils seront très engagés et vous pourrez les convertir en prospects.

C’est la clé de la génération de leads.

La conclusion

Une bonne conclusion est une conclusion qui permet au lecteur de repartir avec des éléments concrets.

Il avait une problématique, il a trouvé la solution et sait concrètement comment la résoudre. Je donnerai tout dans la conclusion de ce guide de la rédaction web pour illustrer au mieux mon propos !

L’appel à l’action

Attirer des visiteurs sur son site, c’est bien. Mais le rédacteur web ne peut pas s’arrêter à cela. Sinon, le retour sur investissement sera bien trop maigre et sa position en interne sera rapidement fragilisée.

Chaque contenu web doit contenir un appel à l’action, un call-to-action.

Le guide pour créer un call-to-action efficace

Étape 6 : promouvoir le contenu

Je vous en ai parlé dès le début du guide : tout miser sur le référencement est suicidaire. Vous ne pouvez pas compter uniquement sur Google pour générer du R.O.I..

Déjà parce que le référencement demande du temps. Ensuite parce que Google met à jour son algorithme une bonne douzaine de fois chaque jour et que vous pouvez perdre des positions à tout moment.

Les réseaux sociaux, l’E-mailing, la newsletter ou la publicité peuvent vous permettre de faire la promotion de votre contenu.

Là encore, un bon rédacteur web a un process de promotion documenté !

Étape 7 : analyser les performances

Vous aurez beau avoir suivi les 6 étapes précédentes à la lettre, les performances de vos contenus seront rarement identiques à ce que vous aurez prévu.

Certains fonctionneront mieux qu’escompter. Vous devrez comprendre pourquoi pour répliquer. D’autres, la majorité, ne fonctionneront pas comme prévu. Vous devrez les optimiser.

Pour faire tout ça, il est indispensable d’analyser les performances de vos contenus. Prévoyez donc de faire un tour sur Google Analytics 6 mois après la publication d’un contenu.

Voilà, vous avez désormais toutes les clés pour réussir votre rédaction web. Comme vous avez pu le constater, c’est du boulot. Vous pouvez donc être tenté d’externaliser mais est-ce une bonne idée ?

Faut-il externaliser la rédaction web ?

Oui… Et non ! En voici une belle réponse de normand que je suis. Débrouillez-vous avec ça !

Plus sérieusement, vous pouvez externaliser la création de contenu en faisant appel à des rédacteurs web freelance ou une agence de rédaction mais il y a quelques bonnes pratiques à respecter.

D’abord, je vous recommande de travailler une charte de rédaction. Consignez dans un documents toutes les caractéristiques que vous attendez du contenu commandé. Précisez les points suivants :

  • Le nombre de mots ;
  • L’architecture des titres ;
  • Les mots clés ciblés ;
  • La quantité et le format des illustrations ;
  • Les conditions de livraison (fichier .doc ou mise en ligne directement ?) ;

Ensuite, je vous préconise de ne pas externaliser l’intégralité de votre rédaction web et de vous limiter aux contenus awareness et consideration évoqués dans ce guide.

Je suis convaincu que vous êtes le mieux placé pour rédiger du contenu autour de votre entreprises et vos produits/services (contenus decision).

En revanche, les contenus consideration et surtout awareness nécessitent de prendre de la hauteur pour communiquer dans le bon niveau de maturité (comprendre « d’immaturité »). Faire appel à un prestataire extérieur s’avère donc ici être un choix judicieux.

L’autre possibilité, c’est de faire appel à une agence marketing qui pourra vous accompagner dans le travail préparatoire, l’écriture et le travail d’analyse. En clair, une agence capable de définir et mener votre stratégie de rédaction web. Comme nous 😉.

Si vous le souhaitez, nous pouvons en parler dès maintenant :

RÉSERVEZ VOTRE CONSULTATION

En conclusion

Comme vous avez pu le constater, il ne suffit pas de savoir écrire pour faire de la rédaction web. C’est un bon départ mais le rédacteur web doit être capable de mener des réflexions stratégiques et analyser son travail.

Pour générer des résultats avec la rédaction web, il est impératif de connaitre ses cibles sur le bout des doigts. Vous devez avoir une idée précise des questions qu’elles se posent et des problématiques qu’elles rencontrent.

Dès lors, vous pourrez définir un planning de rédaction efficace.

Vous rédigerez régulièrement, en suivant les bonnes pratiques que vous aurez documentées au préalable. Viendra enfin le temps de l’analyse pour optimiser les performances de vos contenus.

C’est seulement ainsi que vous parviendrez à obtenir un retour sur investissement significatif ! Est-ce le cas des 73000 rédacteurs web français qui sont présents sur LinkedIn ? 😉