Vos e-mailings ne sont pas lus ? Voici 21 astuces qui vont changer la donne !

Même si les réseaux sociaux ont profondément révolutionner les méthodes de communication, l’e-mailing reste le levier le plus efficace. Cependant, il ne suffit pas d’envoyer un emailing commercial à votre base de contacts pour obtenir des résultats significatifs. Vous voulez créer l’e-mailing parfait ? Voici 21 astuces à suivre !

Les études sont unanimes sur le sujet : l’e-mailing reste le levier marketing le plus utilisé par les entreprises pour communiquer et c’est selon elles le levier le plus efficace. Cependant, la concurrence est rude puisque 131 milliards d’e-mailings ont été envoyés en 2016 et qu’un internaute français reçoit en moyenne 7,54 e-mailings chaque jour.

comment faire un emailing

Cette concurrence se ressent sur les performances de l’e-mailing puisqu’en moyenne, seuls 18,65% des destinataires ouvrent un e-mailing et moins de 7% cliquent sur les liens qu’il comporte. Vous voulez exploser ces performances ? Je vous livre aujourd’hui toutes mes astuces pour réussir votre campagne e-mailing.

 

Soignez le nom de l’expéditeur

La grande majorité des entreprises qui me sollicitent pour gérer leur campagne e-mailing font la même erreur : elles se contentent de mettre le nom de leur entreprise dans le champ “Expéditeur”. Pourtant, le nom de l’expéditeur est sans doute l’élément le plus important d’un e-mailing puisque c’est lui qui va déterminer si le destinataire va ouvrir ou non votre e-mailing.

À l’heure où les attaques de virus explosent via l’e-mail, le destinataire a besoin d’avoir pleinement confiance en l’expéditeur pour ouvrir un e-mail. Par ailleurs, comme nous l’avons vu en introduction, le destinataire reçoit tellement d’e-mailings qu’il doit les trier sur le volet. Le nom de l’expéditeur doit donc lui parler : Est-ce que je le connais ? Ses e-mails sont-ils pertinents ?

Pour optimiser le taux d’ouverture de vos e-mailings, je vous recommande ici de mettre comme nom de l’expéditeur votre prénom et le nom de votre société. Le prénom favorise en effet la confiance et instaure directement un sentiment de proximité.

 

Rédigez un objet qui suscite l’intérêt

Après le nom de l’expéditeur, l’objet est le deuxième champ qui sera lu par les destinataires de vos e-mailings. C’est l’objet qui va finir de convaincre vos destinataires d’ouvrir votre e-mailing. Pour mettre toutes les chances de votre côté, le titre doit évoquer le bénéfice que tirera le destinataire avec votre e-mailing mais rester suffisamment mystérieux pour lui donner envie d’en savoir plus et donc d’ouvrir votre e-mailing.

Après la publication de cet article, je vais envoyer un e-mailing aux personnes inscrites à ma newsletter pour les informer de sa mise en ligne. L’objet de l’e-mailing sera crucial et voici donc ce que j’envisage d’écrire : “Vos e-mailings ne sont pas lus ? Voici 21 astuces qui vont changer la donne”.

En lisant cet objet, le destinataire comprendra qu’il trouvera dans mon e-mailing des astuces pour réussir ses e-mailings mais devra cliquer pour les connaître.

pre-header - reussir son emailing

Renseignez le Pre-Header

La majorité des service de boite e-mails affiche la première ligne de texte que comporte un e-mail. Il s’agit du Pre-Header (voir ci-dessus). Malheureusement, la majorité des entreprises ne le savent pas et c’est pour cela que vous recevez quotidiennement des e-mailings dont l’aperçu vous dit quelque chose du type : “Pour visualiser correctement ce message, cliquez ici”. Cette mention est même synonyme dans votre tête de SPAM pas vrai ?

Pourtant, le Pre-Header est une super opportunité pour vous d’attirer un peu plus l’attention de vos destinataires. N’oubliez donc pas d’insérer une ligne de texte avant la mention “Visualisez cet e-mail dans votre navigateur”.

 

N’envoyez pas d’e-mailing sans permission

Si vous voulez obtenir des résultats avec vos campagnes e-mailing, n’envoyez pas vos messages sans avoir la permission de vos destinataires. Autrement dit, vous ne devez envoyer d’e-mailings qu’aux personnes qui se sont directement inscrites à votre base de contacts.

Déjà parce qu’il est interdit par la loi d’envoyer des e-mailings sans la permission des destinataires, la CNIL veille au grain. Mais finalement, ça, ce n’est pas le plus important. C’est surtout parce que les consommateurs n’apprécient pas recevoir une communication sans l’avoir souhaitée. Avec internet et les réseaux sociaux, le consommateur est noyé par les contenus et préfère désormais aller chercher lui-même l’information plutôt que de se la voir imposer.

 

Personnalisez votre message

C’est un peu le prolongement de l’astuce précédente. Non seulement le consommateur n’apprécie pas recevoir des communications sans les avoir demandées mais en plus il exige que les communications qu’il reçoit lui correspondent parfaitement. Ainsi, plus votre message sera personnalisé, plus vous aurez de retours positifs.

Pour personnaliser votre message, vous pouvez dores et déjà adresser votre e-mailing avec le prénom ou le nom de vos destinataires. Il s’agit également d’envoyer du contenu correspondant à leurs attentes, besoins et centres d’intérêt.

Dernièrement, j’ai reçu un e-mailing qui d’abord ne correspondait pas à mes attentes du moment mais qui en plus m’appelait Éric…. Autant vous dire que cette erreur de prénom m’a simplement convaincu de me désinscrire de la base de contacts en question et de bannir cette marque à vie 😜

 

Segmentez votre base de contacts

Pour personnaliser au mieux votre e-mailing, il est indispensable de segmenter votre base de contacts. Vous pouvez segmenter votre base de contacts selon la zone géographique, les centres d’intérêt, la catégorie socio-professionnelle, le sexe… En bref, il s’agit ici d’utiliser toutes les informations dont vous disposez pour rédiger un e-mailing ultra-personnalisé.

 

Suscitez un sentiment d’urgence

C’est une des clés pour optimiser le taux de clic de votre e-mailing. Si vous souhaitez optimiser le volume d’actions engendrées par votre e-mailing, vous devez susciter chez le destinataire un sentiment d’urgence.

La raison est toute simple : nous avons tous tendance à procrastiner, à remettre à demain ce que nous pouvons faire maintenant. Si votre destinataire a été séduit par votre message mais qu’il ne ressent pas d’urgence, il pourra se dire qu’il verra ça un peu plus tard. Et là, c’est mort ! Vous ne le reverrez jamais !

Si vous envoyez une offre commerciale ou un contenu exceptionnel, n’hésitez pas à limiter votre offre dans le temps ou en nombre. Vous augmenterez ainsi drastiquement votre taux de retour.

comment faire un emailing responsive

Adaptez votre E-mailing aux Mobiles

72% des internautes vérifient leurs e-mails depuis un appareil mobile. Ce chiffre monte même jusqu’à 91% chez les 18/24 ans. Pire, 50% des internautes suppriment automatiquement un e-mail qui ne peux pas être lu depuis un mobile !

Ces statistiques suffisent à vous démontrer l’importance d’adapter votre e-mailing aux appareils mobiles. On dit que votre e-mailing doit être Responsive.

 

Envoyez votre E-mailing au bon moment

Pour optimiser les performance de votre e-mailing, vous devez l’envoyer au bon moment. Autrement dit, vous devez déterminer le bon jour et la bonne heure pour que votre message ait le plus de chance d’être lu par votre destinataire.

Si vous envoyez des e-mailings à des professionnels, évitez par exemple le week-end. Pour envoyer votre e-mailing au bon moment, vous devez naturellement bien connaître votre cible mais également analyser vos actions, nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

 

Envoyez votre E-mailing dans le bon timing

Il s’agit ici d’envoyer la bonne communication dans le bon tempo. On ne parle pas ici de jour ou d’heure mais d’envoyer vos e-mailings en fonction du cycle d’achat de vos destinataires. Prenons un exemple simple : en course à pied, il faut savoir qu’une paire de chaussure a une durée de vie d’1 an. Est-il pertinent selon vous d’envoyer une promotion sur une paire de chaussure à vos clients qui ont acheté une nouvelle paire de chaussure il y a quelques jours ? Non !

Pour obtenir des résultats avec vos campagnes e-mailing, il est indispensable de prévoir différentes communications en fonction du cycle et de la décision d’achat de vos consommateurs. Vous n’enverrez pas le même e-mailing à une personne prête à acheter qu’à une autre qui découvre simplement son besoin.

 

Ajoutez un bouton d’appel à l’action

Sur internet, la clé du succès est d’être clair dans vos intentions. Si vous souhaitez que les lecteurs de votre e-mailing télécharge votre nouveau livre blanc, demandez-leur. Pour cela et afin de mettre toutes les chances de votre côté, vous devez intégrer à votre e-mailing un bouton d’appel à l’action qui incite, comme son nom l’indique, les lecteurs à passer à l’action. Voici ci-dessous un exemple :

faire un emailing - le call to action

 

Faîtes des tests

Le grand avantage de la communication sur internet par rapport à la communication traditionnelle, c’est qu’elle vous permet de faire des tests et de déterminer en temps réel ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Pour réussir vos e-mailings, la meilleure façon est de faire régulièrement des tests et d’envoyer deux versions légèrement différentes de votre e-mailing pour voir ce qui est le plus pertinent : on parle d’A/B Testing.

Attention, il ne s’agit pas d’envoyer des e-mailings radicalement différents mais de simplement modifier un point pour pouvoir définir ce qui fonctionne le mieux : testez par exemple deux “Nom d’expéditeur”, testez un bouton d’appel à l’action orange et un vert etc…. Au fil des mois, vous tendrez vers l’e-mailing parfait.

 

Soyez régulier dans vos envois

Une erreur très courante que je retrouve souvent chez mes clients : ils pensent qu’il suffit d’envoyer un e-mailing pour vendre… ! Or, ce qu’il est important de comprendre pour réussir votre campagne e-mailing, c’est que vous devez nouer une relation durable avec votre cible afin de la convaincre de vous faire confiance.

De plus, comme nous l’avons vu précédemment, vos destinataires ne sont pas forcément prêt à acheter au moment où vous leur envoyer un e-mailing et le deviendront peut-être dans quelques semaines. Comment voulez-vous leur vendre vos produits ou services en leur envoyant un seul e-mailing ? C’est au petit bonheur la chance…

 

Proposez du contenu de qualité

Cette astuces découle directement de la précédente. Pour convertir à terme les destinataires de vos e-mailings en clients, vous devez leur envoyer régulièrement du contenu de qualité. Rien ne sert de leur envoyer des promotions à tout bout de champs, votre contenu doit être du contenu à forte valeur ajoutée.

Un contenu à forte valeur ajoutée est un contenu qui répond au moins à l’une des vocations suivantes : éduquer, solutionner, informer, divertir. Vous voulez envoyer des e-mailings efficaces ? Demandez-vous à chaque envoi ce que votre e-mailing va apporter à vos lecteurs. Si la réponse est “rien”, abstenez-vous !

 

Variez vos contenus

Pour obtenir des résultats avec vos e-mailings, pensez également à varier vos contenus. Autrement dit, jonglez entre les promotions, les newsletters, les tutoriels, les actualités… Si vous vous contentez d’envoyer à chaque fois le même format de contenu, vous allez lasser votre base de contacts et vous n’atteindrez pas vos objectifs.

 

Créez un E-mailing “Scannable”

Vous êtes bien placé pour le savoir : submergé par l’information, nous n’avons que peu de temps à allouer aux contenus que nous consultons. Avouez-le, vous n’avez très certainement pas pris le temps de lire cet article en entier et vous êtes contenté de lire les titres en vous arrêtant éventuellement sur les points qui vous intéressaient ?

Nous le faisons tous et c’est pareil pour les e-mailings. Si vous voulez obtenir des retours, vous devez faire en sorte que le destinataire de votre e-mailing puisse prendre connaissance de votre message en un coup d’oeil, qu’il remarque directement le bouton d’appel à l’action et qu’il clique dessus.

Le Call To Action pour inciter la cible à passer à l'action

 

Respectez un ratio texte > images

C’est devenu très rare mais je le vois encore, même de la part de certaines agences de communication…. : ne limitez surtout pas votre e-mailing à une image, c’est le meilleur moyen de finir dans les SPAMS !

Pour éviter que votre e-mailing termine dans les SPAMS, vous devez avoir un volume de texte plus important que le volume d’image. Il est donc important d’utiliser tous les espaces à votre disposition pour rédiger du texte même si vous savez très bien qu’il ne sera pas lu : vous pouvez utiliser le Pre-Header comme vu en début d’article mais également le pied de page pour rédiger par exemple un bloc texte comprenant vos mentions légales ou votre “À propos”.

 

Proposez un lien de désabonnement visible

Là aussi c’est une erreur que je rencontre très fréquemment : les entreprises ont tendance à cacher le lien de désabonnement dans leur e-mailing de peur que leurs contacts se désabonnent tous. D’abord, si vos contacts vous ont donné leur permission pour leur envoyer des e-mailings et que votre contenu est un contenu de qualité, il y a aucun chance que vos contacts vous quittent.

Ensuite, si vous planquez le lien de désabonnement et que vos contacts souhaitent vraiment se désabonner, ils cliqueront sur le bouton SPAM de leur boite mail persuadés que cela les désabonnera de votre liste de diffusion. Or, ce n’est non seulement pas le cas mais en plus cela enverra une plainte à votre fournisseur d’accès pour communication abusive. Il y a donc de forte chance pour qu’à terme vous soyez catalogué comme SPAM et que vos e-mailings se perdent dans la catégorie du même nom à plus ou moins court terme… !

 

Incitez au partage

C’est une astuce qui n’est pas forcément simple à mettre en pratique mais qui peut vous rapporter beaucoup. Il s’agit ici d’inciter les lecteurs de votre e-mailing à le transférer à leurs contacts. Cela vous garantira une visibilité exponentielle et vous permettra d’accroître votre base de contacts.

Ce que vous pouvez faire pour cela, c’est proposer une offre commerciale au destinataire de votre e-mailing et à un ou plusieurs personnes de son entourage. Ce que je fais souvent pour mes clients, c’est de proposer par exemple une réduction de XX % sur un produit et un exemplaire offert pour l’un de ses amis. Le taux de transfert s’en retrouve généralement multiplié par 10.

 

Relancez les inactifs

Même si vous suivez les astuces présentées dans cet article au pied de la lettre, il y a quand même fort à parier qu’une partie de vos contacts ne prendra plus connaissance de vos e-mailings à terme. Ces contacts inactifs ne vous seront plus d’aucune utilité et vous pourrez donc les supprimer de votre base afin de ne pas les saouler plus qu’ils ne le sont déjà.

Avant cela, je vous recommande cependant de les relancer avec un e-mailing dédié en leur indiquant clairement que s’ils ne prennent pas connaissance de ce message, vous les désinscrirez de votre flux d’information. Bien souvent, vous récupérerez une bonne moitié des utilisateurs inactifs.

 

Analysez chacun de vos envois

C’est la dernière astuce de cet article mais une des plus importantes : pour obtenir des résultats avec vos e-mailings, il est indispensable de suivre les indicateurs clés de performance et d’optimiser en fonction des conclusions vos messages.

Voici les indicateurs à suivre pour chacun de vos envois d’e-mailing :

  • Le taux d’ouverture
  • Le taux de clics
  • Le taux de délivrabilité
  • Le taux de désabonnement
  • Le taux de conversion

Au fil des envois, vous serez à même de déterminer les messages et les formats qui fonctionnent le mieux et rédigerez enfin l’e-mailing parfait !