Dwell Time LinkedIn : c’est quoi et comment l’optimiser ?

Le Dwell Time est l’indicateur clé utilisé par l’algorithme LinkedIn afin de mettre en avant (ou non !) une publication. Pour optimiser les performances de vos posts, il est indispensable de comprendre comment fonctionne le Dwell Time LinkedIn et comment l’optimiser. Voici la définition expliquée et les bonnes pratiques à suivre.

Le saviez-vous ? L’internaute moyen lit à un rythme d’environ 200-250 mots par minute. Vous verrez, c’est une information intéressante qui va vous aider à optimiser votre Dwell Time LinkedIn !

Vous vous en doutez, LinkedIn (et les réseaux sociaux en général) cherche à améliorer l’expérience utilisateur. Ce qu’il souhaite : afficher du contenu pertinent à ses membres pour les inciter à consulter régulièrement leur fil d’actualité.

Pour ce faire, LinkedIn a développé un algorithme chargé de jauger la pertinence des publications. En 2020, il a annexé un nouveau critère : le Dwell Time.

Son objectif : garantir à ses utilisateurs de visionner uniquement du contenu d’excellente qualité, capable de les intéresser.

Mais qu’est-ce que le Dwell Time LinkedIn exactement ? Comment fonctionne-t-il concrètement ? Et comment peut-il vous aider à doper votre visibilité LinkedIn ? On vous révèle tout !

Le Dwell Time LinkedIn pour mesurer le temps passé sur un post

Pour répondre à la portée limitée des publications LinkedIn, de plus en plus de professionnels publient de longs statuts. Ces derniers, plus pertinents, sont détaillés, avec des témoignages, expériences, conseils et/ou bonnes pratiques.

Ci-dessous, l’exemple d’une publication que j’ai rédigée il y a quelques temps autour des failles de l’algorithme LinkedIn :

Dans ce contexte de publication plus longue, LinkedIn a besoin d’un système de mesure pour savoir combien de temps l’utilisateur consacre à lire une publication, afin de juger sa qualité.

Mais avant d’approfondir ce qu’est le Dwell Time Linkedin, un petit rappel concernant le fonctionnement de l’algorithme s’impose !

Algorithme LinkedIn : rappel des bases

LinkedIn crée un flux personnalisé en fonction de chaque utilisateur. Il se base sur les comportements de ce dernier, les pages et hashtags suivis ou encore la nature des relations qu’il entretient avec ses contacts.

Tout d’abord, l’algorithme LinkedIn donne la priorité à vos connexions et relations professionnelles. Vous suivez peut-être Bill Gates sur LinkedIn, mais quelles sont les chances que vous interagissiez et communiquiez constamment l’un avec l’autre ? Très faible (malheureusement !).

Par conséquent, si le réseau social vous montrera – parfois – les publications du milliardaire, il donnera tout de même la priorité à vos collègues et contacts avec qui vous échangez régulièrement. Et pour ce faire, il analyse les commentaires, appréciations et partages que vous avez précédemment laissés.

Au cours des deux dernières années, les mises à jour de l’algorithme LinkedIn ont entraîné une augmentation de plus de 50 % de l’activité virale. Preuve qu’il fonctionne !

Afin d’aller encore plus loin dans l’expérience utilisateur, LinkedIn vient d’ajouter à ses critères, le temps de lecture d’une publication, appelé également « Dwell Time ».

Comment le Dwell Time améliore-t-il le fil d’actualité LinkedIn ?

Le Dwell Time désigne le temps passé sur une publication. Suite à des tests (disponibles sur le blog Engineering de LinkedIn), le réseau social s’est aperçu que, plus un internaute passe du temps sur un post, plus il est susceptible de s’engager :

dwell time linkedin c'est quoi

Pour améliorer ce critère, LinkedIn est allé plus loin en recherchant un seuil de temps permettant de déduire que les publications sont « sautées ». Et oui ! À partir de combien de secondes de lecture, un contenu peut-il être jugé pertinent ?

S’il n’y a pas de réponse exacte, le réseau social professionnel s’est basé sur le théorème de Bayes pour optimiser son « Dwell Time ». Ce qui donne cette formule (attention au mal de crâne !) :

dwell time et theoreme de bayes

Le théorème de Bayes énonce des probabilités conditionnelles. L’algorithme de LinkedIn se base donc sur les probabilités qu’un utilisateur A aime le contenu de son contact B et y apporte une action engageante, grâce à l’analyse des comportements précédents de A et B.

Résultat : plus le temps de lecture est important, plus les paliers d’action s’allongent.

fonctionnement du dwell time linkedin

Ce qui démontre la profonde pertinence de ce critère pour identifier les posts à valeur ajoutée.

Autre point intéressant, LinkedIn a constaté que le critère Dwell Time s’appliquait à tous les formats et types de contenu.

Bien que les utilisateurs réagissent différemment selon la nature de l’information ou sa forme, le temps passé est toujours corrélé à l’engagement.

dwell time linkedin selon les formats

Le Dwell Time Linkedin change réellement la donne en affinant encore la pertinence du fil d’actualité de chaque utilisateur.

Le réseau social a bien compris que, de cette manière, il obtiendrait plus d’actions et d’engagement au sein de sa plateforme.

Or, plus les utilisateurs restent sur le site, échangent, partagent des informations et prennent plaisir à consulter leur feed, plus Linkedin est gagnant.

Quelle est l’utilité du Dwell Time LinkedIn ?

Selon LinkedIn, le Dwell Time donne une mesure réelle de l’engagement au contraire des indicateurs binaires. Il reste une des métriques les plus fiables pour mesurer les probabilités d’intérêt de chaque utilisateur.

D’un autre côté, le Dwell Time LinkedIn permet d’éliminer la pratique du « Broetry » sur la plateforme.

Cette technique, peu scrupuleuse, consiste à espacer des phrases simples de telle sorte qu’elles soient considérées comme longues. Ce qui oblige l’utilisateur à cliquer sur « voir plus » pour découvrir le reste d’un contenu.

Une pratique qui dupait l’algorithme : LinkedIn considérait cette action comme une preuve d’engagement et remontait le post dans les résultats.

Ce nouveau critère contourne également les engagements fictifs induits par les « pods ».

Ces groupes d’utilisateurs ont pour objectif d’augmenter artificiellement les interactions sur une publication, via un système d’échange de likes et/ou de commentaires. Un phénomène d’abord apparu sur Instagram, avant d’envahir LinkedIn, dont l’objectif est de tromper l’algorithme pour remonter dans le fil d’actualité.

Avec ce nouvel indicateur de temps, LinkedIn suit plus efficacement l’engagement (et le non-engagement). Après avoir cliqué sur « voir plus », si l’utilisateur juge votre contenu peu intéressant, il va vite le quitter. L’algorithme le détecte et le prend compte pour déterminer la qualité de votre post.

6 astuces pour booster votre Dwell Time LinkedIn !

Avec ce nouveau critère LinkedIn, vous devez non seulement créer du contenu pour attirer l’attention des utilisateurs, mais aussi la maintenir pendant longtemps.

Des publications engageantes, c’est la clé pour booster votre Dwell Time LinkedIn.

1. Créer des titres optimisés pour LinkedIn

Avec un titre bien rédigé, vous réussissez à accrocher l’utilisateur.

performance post linkedin selon le titre

BuzzSumo a analysé 10 000 des posts les plus partagés sur LinkedIn et a trouvé quelques informations intéressantes. Par exemple, les mots clés suivants peuvent instantanément alimenter une meilleure performance de votre publication :

  • “Habitudes” : les titres comportant ce mot ont reçu en moyenne 1 196 actions
  • “Erreurs” : il a généré une moyenne de 556 actions
  • “Réussite” : 416 actions
  • “Leader” : 483 actions

Mais si vous cherchez l’inspiration pour rédiger une phrase d’accroche percutante, vous pouvez consulter les influenceurs LinkedIn, ou vos contacts avec le plus d’engagements, pour et étudier le contenu qu’ils publient.

Bien entendu, inspirez-vous mais ne copiez pas ! Pour réussir, vous devez parler à votre audience et donc connaître parfaitement ses attentes. Testez différentes formulations ou formats, puis évaluez les retombées pour déterminer les actions les plus performantes.

2. Écrire pour tous les utilisateurs

Le contenu le plus engageant de LinkedIn est simple et facile à lire. Pour un public B2B, il est probable que vos acheteurs soient instruits, lisent fréquemment et peuvent comprendre un contenu technique.

Cependant, cela ne veut pas dire que c’est ce qu’ils préfèrent lire ! Les publications LinkedIn facilement compréhensibles génèrent plus de vues.

Trouvez le juste équilibre entre un jargon technique et un vocabulaire courant. Ce n’est pas interdit d’utiliser des acronymes, mais pensez à les expliquer. Vous pouvez mettre un astérisque et donner une définition aux termes techniques en fin de post.

Étant donné que vous attendez une action de la part de vos contacts, mieux vaut qu’ils comprennent parfaitement votre message…

3. Contextualiser les contenus

Si vous voulez accrocher les lecteurs de LinkedIn et augmenter votre Dwell Time, pensez à enrober vos publications.

Ne vous contentez pas d’une simple phrase d’accroche pour promouvoir un podcast, une vidéo ou un article de blog. Prenez le temps d’expliquer à vos contacts les raisons qui vous ont poussé à créer ce contenu, pour leur donner envie d’en savoir plus.

Ainsi, en racontant une histoire, en parlant du sommaire ou en listant des bonnes pratiques qu’ils pourront retrouver en détail dans votre contenu, vous les gardez plus longtemps sur votre publication.

Variez également la longueur de vos phrases. Comme une vague, commencez par une ou deux phrases courtes. Ensuite, allongez-les progressivement et raccourcissez à nouveau. Répétez ce schéma jusqu’à la fin de votre post.

Un schéma que j’ai utilisé sur cette publication pour donner un rythme dynamique et captivant à mon message :

4. Engager avec un visuel au top !

Les publications LinkedIn contenant des images génèrent 98% de commentaires en plus. Mais qu’est-ce qu’un « visuel au top » exactement ? Quelques conseils à suivre :

  • Si vous placez du texte sur une image, utilisez une police sans empattement. En effet, cette dernière est plus lisible sur un fond bariolé.
  • Évitez le texte clair sur un fond sombre : ce contraste risque de faire mal aux yeux ! Conséquence : vos contacts ne s’arrêteront pas pour lire la publication.
  • Utilisez des couleurs contrastées et vives pour attirer l’attention, mais sans aveugler votre audience. La teinte choisie doit se démarquer dans le fil d’actualité, sans en faire trop.
  • Incluez les éléments de votre marque ou de votre personal branding. Votre publication sera reconnaissable dans le fil d’actualité et vos plus fidèles lecteurs s’y arrêteront plus facilement.
  • Mettez en avant un chiffre évocateur ou une citation d’expert pour attirer l’attention.

Voilà un visuel de bonne année assez difficile à ignorer ! Colorée, contenant un jeu de mots et dans l’air du temps, cette image attire immédiatement l’attention et donne envie de consulter sur la publication :

5. Structurer la publication

La lecture en ligne est 25 % plus lente que celle sur papier. La durée d’attention des internautes se raccourcit de jour en jour, alors ils ont besoin d’être immédiatement happés par votre message.

Comment faire ? En respectant l’art du storytelling.

Tout d’abord, commencez avec une accroche qui fait écho à un problème ou objectif qui parle à vos contacts. Puis divisez votre publication en trois parties :

  • Un début où se trouve un constat, une douleur ou une question.
  • Un milieu qui présente la manière dont vous avez résolu le problème.
  • Une fin contenant une conclusion sur les leçons apprises durant votre expérience, ainsi qu’un call-to-action.

Voici un parfait exemple de l’art du storytelling appliqué à une publication Linkedin :

L’objectif ici est de conserver le lecteur jusqu’au bout, afin d’améliorer votre Dwell Time.

6. Tirer profit de la vidéo

S’il y a bien un format de contenu efficace pour augmenter votre Dwell Time LinkedIn, c’est la vidéo.

En 2017, un rapport de HighQ révélait que 75 % des chefs d’entreprise regardent des vidéos en ligne au moins une fois par semaine. Et 59 % préfèrent ce format au texte. En plus, la vidéo est 20 fois plus susceptible d’être partagée par les utilisateurs de LinkedIn.

Vous l’avez compris, vous devez passer derrière la caméra pour susciter de l’engagement.

  • Misez sur les vidéos natives, elles ont une meilleure portée que les liens YouTube ou Dailymotion. En plus, vous êtes sûr que l’utilisateur reste sur votre post, ce qui sera comptabilisé dans le Dwell Time LinkedIn.
  • Fournissez une analyse des événements actuels pour montrer votre expertise, mais aussi capter l’attention de vos contacts. Les utilisateurs sont plus réceptifs quand il s’agit d’un événement d’actualité.
  • Ajoutez une touche d’humour, ça fonctionne toujours !
  • Accrochez le spectateur dans les trois premières secondes avec un chiffre ou une question.

Vous l’aurez compris, pour rester présent dans le fil d’actualité de vos contacts vous devez leur parler.

Présentez vos contenus, illustrez-les avec des expériences ou des exemples pour accrocher vos contacts, mais aussi donner des signaux positifs à Linkedin.

Vous améliorerez votre portée, tout en améliorant votre image !

Nouveau call-to-action