Comment fonctionne l’algorithme LinkedIn ? (C’est simple en fait !)

Si certaines personnes apparaissent sans arrêt dans le fil d’actualité, ce n’est pas un hasard. Elles ont compris comment fonctionne l’algorithme LinkedIn et elles en profitent. Vous voulez en faire autant ? Découvrez la mécanique et comment l’exploiter pour offrir à vos publications la visibilité qu’elles méritent !

L’algorithme LinkedIn : c’est quoi concrètement ?

On va faire simple : pour proposer à ses utilisateurs les meilleurs contenus, LinkedIn classe les publications de leurs contacts dans le fil d’actualité.

LinkedIn met en avant les publications qui sont les plus susceptibles de retenir l’attention des utilisateurs et de les engager en les incitant à aimer, partager ou mieux commenter. Nous y reviendrons.

Pour cela, LinkedIn utilise un algorithme basé sur différents critères que nous allons voir ensemble juste après : l’historique de navigation, le taux d’engagement, le temps passé sur la publication (le Dwell Time) et la qualité rédactionnelle d’une publication sont pris en compte.

C’est notamment en raison de l’algorithme LinkedIn que certains utilisateurs se plaignent que leurs publications ne sont pas vues pas l’intégralité de leur réseau.

Ah oui, si vous êtes plus vidéo que lecture, voici l’analyse complète de l’algorithme LinkedIn :

Comment fonctionne l’algorithme LinkedIn ?

Même s’il repose sur l’intelligence artificielle et le Machine Learning, l’algorithme LinkedIn est très facile à comprendre :

  1. Vous rédigez votre post et vous le publiez ;
  2. L’algorithme LinkedIn note la qualité rédactionnelle de votre post ;
  3. Si la note est mauvaise, votre publication n’est pas diffusée dans le fil. Si la note est bonne, LinkedIn l’expérimente dans le fil d’actualité ;
  4. Si votre publication ne génère pas d’engagement, LinkedIn cesse sa diffusion. Si elle est engageante, LinkedIn la booste dans le fil ;

Comment fonctionne l’algorithme LinkedIn en Infographie :

comment marche l'algorithme linkedin

À ce stade, vous me direz que vous n’êtes pas vraiment plus avancé qu’au début n’est-ce pas ?

Pas de panique, nous allons maintenant voir deux choses qui vont vous être utiles :

  1. Comment rédiger une publication OK pour l’algorithme LinkedIn ;
  2. Comment générer de l’engagement pour obtenir le boost de l’algorithme LinkedIn ;

Algorithme LinkedIn : Optimiser la Note Rédactionnelle

Quand vous publiez un post sur LinkedIn, l’algorithme le classe dans l’une des catégories suivantes :

  • Les SPAMs ;
  • Les publications de faible qualité ;
  • Les publications à fort potentiel ;

Évidemment, seuls les posts considérés comme à fort potentiel par l’algorithme seront expérimentée dans le fil d’actualité. Sinon, ils ne seront pas diffusés.

Vous vient alors une question logique en tête : qu’est-ce qui fait qu’une publication est jugée SPAM, de faible qualité ou à fort potentiel ?

Et bien l’algorithme LinkedIn se base sur des critères ultrasimples :

Si vous ajoutez un lien externe dans votre publication – c’est-à-dire qui renvoie ailleurs que sur LinkedIn – votre publication apparaitra comme SPAM.

J’attire directement votre attention ici : si vous comptez mettre le lien en commentaire pour bluffer l’algorithme, vous êtes naïf. Depuis le temps que les utilisateurs abusent de cette méthode, LinkedIn s’est adapté.

Cette pratique a cependant un autre intérêt que beaucoup de ceux qui la préconisent ignorent mais nous y reviendrons tout à l’heure.

Autre chose avant ça :

Si vous taguez plusieurs personnes dans votre publication – certains disent plus de 5 – elle tombera très probablement dans la corbeille SPAM. Surtout si ces personnes n’interagissent pas rapidement avec elle.

Si vous évitez ces deux pratiques, vous passerez le filtre anti-spam mais rien ne dit que votre publication sera considérée comme à fort potentiel et donc expérimentée dans le fil d’actualité.

Alors qu’est-ce qui distingue un post de faible qualité d’un post à fort potentiel ?

Voici quelques bonnes pratiques à respecter pour optimiser vos chances d’atterrir dans la deuxième catégorie :

  • Votre post doit être aéré, agréable à lire ;
  • Il doit appeler une réponse pour inciter à commenter ;
  • Il doit contenir des mots clés cohérents ;
  • Vous pouvez y intégrer des hashtags avec modération (2 ou 3) ;

Si votre publication respecte ces bonnes pratiques, l’algorithme LinkedIn la considérera très certainement comme une publication à fort potentiel et va alors la tester dans le fil d’actualité.

Ce qui nous amène au deuxième point.

Nouveau call-to-action

Algorithme LinkedIn : Générer de l’Engagement

Pour comprendre comment fonctionne l’algorithme LinkedIn, il est essentiel de bien appréhender la notion d’engagement.

Que ce soit sur LinkedIn ou n’importe quel autre réseau social, une publication sera poussée dans le fil d’actualité uniquement si elle suscite des interactions car elle participera ainsi à augmenter le temps de connexion des utilisateurs.

On parle de rétention et c’est comme sur YouTube : plus les utilisateurs passent de temps à regarder une vidéo et plus elle sera mise en avant dans les suggestions.

Et bien c’est pareil pour l’algorithme LinkedIn : quand votre publication sera testée dans le fil, elle sera directement jugée en fonction du temps que passe les utilisateurs dessus.

Évidemment, s’ils likent, partagent ou mieux commentent – car c’est ce qui demande le plus de temps et d’efforts – et bien LinkedIn décidera de la booster dans le fil.

Si ce n’est pas le cas, l’algorithme stoppera sa diffusion.

Alors comment rédiger une publication LinkedIn qui génère de l’engagement ?

Là aussi, il y a des bonnes pratiques à respecter.

La première chose à faire ici est de vous assurer de publier votre post quand la plus grande partie de votre audience est connectée. Sans ça, votre post sera expérimenté dans le fil pendant un temps mort et forcément, personne ne sera là pour interagir avec.

Contrairement à ce que voudraient vous faire croire des pseudos experts du Marketing Digital, il n’y a pas de réponse parfaite à la question « Quand publier sur LinkedIn ? ».

Il y a des tendances mais seuls vos tests et analyses vous permettront de le déterminer.

L’autre chose importante pour générer de l’engagement c’est de faire vivre votre publication LinkedIn.

J’en parle notamment avec Christel de Foucault dans mon podcast Sur Le Terrain. Elle a plus de 190 000 abonnés désormais et elle sait donc de quoi elle parle :

Par faire vivre votre publication, j’entends plusieurs choses à réaliser dans la première heure :

  1. Ajoutez des commentaires qui apportent de la valeur ajoutée ;
  2. Placez le lien de votre publication en commentaires de vos anciens posts sur le même sujet ;
  3. Répondez aux commentaires sur votre post ;

Pour la dernière bonne pratique on est sur du bon sens mais tellement d’utilisateurs l’oublient. La plupart des utilisateurs appuie sur publier et quitte le réseau social pour n’y revenir que lorsqu’ils ont une notification.

LinkedIn le voit et l’algorithme le prend en compte. Si vous voulez que votre publication fonctionne, vous devez vous en donner les moyens.

Pour en finir avec cette partie engagement, je vous recommande de vous poser une seule question avant de soumettre votre post à l’algorithme LinkedIn :

Est-ce que votre publication répond à l’une des vocations suivantes : informer, solutionner, éduquer ou divertir ?

Si la réponse est non, vous devriez vous abstenir. Si la réponse est oui, vous pouvez y aller et il y a de grandes chances pour que votre publication passe à l’étape suivante !

Comment l’Algorithme LinkedIn Booste une Publication ?

On résume : à ce stade, LinkedIn a considéré que votre publication était à fort potentiel et l’a testée dans le fil.

Elle a généré de l’engagement et l’algorithme décide donc de la booster jusqu’à ce qu’elle s’essouffle.

Ok, et comment il fait ça l’algo ?

Ici, l’algorithme doit décider à qui il va présenter votre post dans le fil d’actu. Pour cela, il se base sur 3 indicateurs :

  1. Le potentiel d’engagement, on en a parlé donc on passe ;
  2. La qualité relationnelle ;
  3. L’intérêt partagé ;

La qualité relationnelle

Il y a une pratique de plus en plus courante sur LinkedIn (et je la remarque aussi sur Twitter !) qui consiste à taguer des personnes influentes dans sa publication dans l’espoir que celle-ci atteigne leur réseau de contacts.

Ça ne sera très probablement pas le cas, tout du moins si vous n’avez pas une véritable relation avec ces influenceurs.

Pour prendre la décision de présenter ou non une publication dans le fil d’actualité d’un utilisateur, l’algorithme LinkedIn analyse avant tout la qualité de la relation que vous entretenez.

En clair, si vous avez des centaines ou des milliers de contacts parce que vous envoyez des demandes à la pelle sans connaitre les personnes et SURTOUT sans engager la conversation ensuite – et c’est très courant ! – et bien ça n’aura pas vraiment d’intérêt pour votre visibilité.

L’algorithme LinkedIn se base sur la qualité relationnelle pour proposer ou non un post dans le fil d’actualité en analysant deux choses :

  • Ce qui relie l’auteur à l’utilisateur ;
  • L’historique des interactions entre l’auteur et l’utilisateur ;

D’abord, l’algorithme juge la nature de leur relation :

Se connaissent-ils vraiment ? L’auteur et l’utilisateur sont-ils collègues, anciens collègues ou camarades de classe ?

Vous l’aurez compris, plus la relation entre l’auteur et l’utilisateur sera forte et plus la publication aura de chances de se retrouver dans son fil d’actu.

Après avoir analysé la nature de la relation, l’algorithme LinkedIn va se pencher sur l’historique des comportements :

L’utilisateur regarde-t-il les publications de l’auteur habituellement ? Est-ce qu’il les like, les partage ou les commente ?

Rappelez-vous ce que nous avons vu sur le taux d’engagement : LinkedIn n’a aucun intérêt à présenter dans le fil d’actualité des publications qui ne génèreront pas d’interaction car cela réduit le temps de connexion.

Du coup, même si l’auteur et l’utilisateur sont collègues, si l’utilisateur porte rarement de l’attention aux posts de l’auteur, il ne les verra plus dans son fil d’actualité.

Et bien entendu, c’est aussi valable pour les pages Entreprise si vous voyez où je veux en venir !

Je forme pas mal de personnes qui me demandent souvent pourquoi elles ne voient pas les publications de la page de leur entreprise dans leur fil. La réponse est simple : c’est parce qu’elles n’y ont pas porté d’attention par le passé !

Vous l’aurez donc compris : vos publications ont plus de chances d’apparaitre dans le fil d’actualité de vos contacts si vous entretenez de véritables relations avec eux mais vous pourrez tout de même toucher des milliers de personnes en dehors de votre réseau grâce au critère qui suit.

C’est d’ailleurs le grand avantage de l’algorithme LinkedIn par rapport aux autres réseaux sociaux.

L’intérêt partagé

Si j’aime LinkedIn, c’est parce que c’est l’un des seuls réseaux sociaux qui permet encore de toucher un volume significatif de personnes qui ne sont pas dans son réseau.

Sans payer naturellement !

Si votre publication a été jugé à fort potentiel par l’algorithme et que l’expérimentation l’a confirmée, LinkedIn va avoir tout intérêt à proposer votre publication au plus grand nombre pour susciter de l’engagement.

Du coup, l’algorithme va la proposer en dehors de votre réseau de contacts en se basant sur l’intérêt partagé.

Concrètement, LinkedIn va soumettre votre publication dans le fil des personnes suivantes :

  • Celles qui sont dans les mêmes groupes de discussions que vous ;
  • Les personnes qui sont abonnés aux mêmes pages ou mêmes hashtags ;
  • Ou encore celles qui utilisent le même jargon ;

Finalement ici, l’algorithme LinkedIn joue les entremetteurs : il proposera votre publication à des personnes qui vous ressemblent pour vous permettre de faire connaissance !

En conclusion : l’algorithme LinkedIn évolue, restez à l’affût !

Comme tous les algorithmes, celui de LinkedIn reste mystérieux. Il y a des choses que nous avons, celles que je vous ai présentées, et il y en a d’autres que nous ignorons totalement ou que nous pouvons juste supposer.

La clé pour dompter l’algorithme LinkedIn est donc de tester. Tester régulièrement et analyser.

Certains trucs fonctionnent aujourd’hui mais ne fonctionneront plus demain. À l’inverse, il y a des pratiques à bannir maintenant mais qui deviendront peut-être incontournables dans le futur.

C’est à la fois passionnant et frustrant. C’est ce qui fait le charme des réseaux sociaux non ?

Nouveau call-to-action