7 idées marketing pour un ROI maximum

C’est un sujet de dispute mondial au sein des entreprises. Pour certains, le marketing est de l’argent jeté par les fenêtres qui pourrait être investi dans un nouveau produit. Pour d’autres, c’est la chose la plus importante, celle qui permet à l’entreprise d’avancer. Force est de constater que les deux partis ont raison. Pourtant, ils ont également tort tous les deux.

Comme le disait un peu plus clairement Henry Ford : 

« Je sais bien que la moitié de mon budget publicitaire est de l’argent jeté par la fenêtre. Le problème, c’est que j’ignore de quelle moitié il s’agit. »

Nos 7 conseils vous aideront à tirer un maximum de profit de votre stratégie marketing et de reconnaître à temps les investissements qui n’en valent pas la peine.

De plus, ils vous aideront à établir une structure qui vous permettra de mesurer votre succès et de mettre les échecs en lumière.

1. Mettre en place une stratégie marketing multicanale

Que vous souhaitiez appliquer tous les conseils ci-dessous ou juste en choisir quelques-uns, le marketing multicanal est indispensable aux entreprises en croissance.

Votre groupe cible utilise plus d’un « canal » pour s’informer et se divertir.

Votre but devrait être d’être présent dans le plus de domaines possibles de la vie de votre clientèle.

Il faut donc que vous disposiez d’une solide stratégie marketing construite par des professionnels, capable de toucher les clients là où ils aimeraient l’être, que ce soit lorsqu’ils écoutent la radio, regardent leur téléphone, une affiche ou la télévision.

Vos clients doivent vous voir, vous entendre, vous percevoir.

Pas de manière pénétrante et dérangeante, mais comme une présence connue et agréable.

Pour réussir ce grand écart entre omniprésence et envahissement, il est indispensable d’établir des stratégies marketing mesurables.

Un outil marketing puissant peut être au moins aussi utile qu’un expert en marketing expérimenté.

2. Utiliser la Social Proof

Aucun concept marketing n’a autant dominé la branche du marketing ces derniers temps que celui de « social proof ».

Ce concept recouvre les méthodes marketing parmi les plus fortes : le marketing d’influence et le marketing affilié.

Si on veut atteindre un retour sur investissement maximal (ROI) c’est surtout le marketing d‘influence qui est intéressant.

Idéalement, on recherche un influenceur avec beaucoup de followers dans le groupe cible et on lui met son produit à disposition.

L’influenceur devrait tester le produit et en faire des retours positifs auprès de son audience qui lui fait confiance et achète le produit.

C’est ainsi que ces bonnes pratiques peuvent avoir un effet gigantesque sans dépenses notables.

Le marketing affilié donne souvent un coup de pouce au marketing d’influence : l’influenceur reçoit un code personnel qu’il partage avec sa communauté.

Si quelqu’un passe une commande avec le code de l‘influenceur, il reçoit une réduction (5 à 25 %) et le créateur d’opinion perçoit une commission sur le prix de vente.

Grâce à cette petite variante tout à fait gérable du marketing multicanal, l’influenceur est incité à vendre (commission), les followers à acheter (réduction et social proof) et l’entreprise peut enregistrer des succès (chiffres de vente, chiffre d’affaires, bénéfices).

3. Convaincre les sceptiques en douceur

Il en va souvent de même dans la publicité et le marketing qu’à l’école : goutte à goutte, l’eau creuse la pierre.

Si un client ne souhaite pas acheter, cela ne sert à rien de le noyer sous les arguments.

À la place, il vaut mieux se rappeler régulièrement à son bon souvenir pour voir s’il n’est toujours pas intéressé, une technique qui fonctionne bien dans le marketing multicanal et dont on peut mesurer les effets.

Un client s’est désabonné de la newsletter, c’est donc qu’il ne s‘intéresse plus aux actualités par mail.

Une approche dépassée serait d’envoyer un mail au client (ce qu’il ne souhaite pas) et de lui demander pourquoi il ne s’intéresse plus à la marque.

Une approche moderne serait de remarquer qu’il consulte régulièrement le compte Instagram de l’entreprise.

On pourrait alors lui proposer d’acheter directement sur Instagram ou diffuser des publicités personnalisées sur YouTube.

Ainsi, la présence de la marque auprès du groupe cible se renforce et la pénétration du marché s’améliore.

4. Aller à la rencontre de ses prospects

C’est justement avec les non-clients têtus qu’il faut faire preuve de doigté.

Grâce à des sondages en ligne contre une petite récompense, ou par le biais d’influenceurs et de jeux-concours, il est possible de connaître les raisons des personnes réfractaires.

On peut ensuite, si besoin est, les contrer grâce à une campagne d’image, des ajustements du design ou un nouveau produit prenant en compte les souhaits et les réclamations.

La participation à ces jeux-concours peut également aider à comprendre si le participant est peu disposé envers la marque, le produit ou la réputation de l’entreprise, ou si les prix ne lui conviennent tout simplement pas.

Les gens sont le plus faciles à convaincre si on leur donne le sentiment de les écouter individuellement.

Si quelqu’un a l’impression qu’un distributeur prend son feedback au sérieux, il y a de fortes chances qu’il achète chez lui à l’avenir.

5. Solliciter les « vrais fans » de la marque

Revenons à un participant à un sondage.

Il suit la marque depuis un certain temps sur diverses plates-formes, réagit positivement aux publications et participe régulièrement à des actions sans jamais avoir acheté aucun produit de l’entreprise.

C’est là qu’on peut intervenir et améliorer son image dans les médias et l’opinion publique.

Les entreprises qui offrent des expériences à leurs fans indépendamment de leur porte-monnaie sont particulièrement bien vues.

La liste d’exemples est longue : un conducteur de Tesla a freiné un camion hors de contrôle avec sa voiture, et Tesla lui en a offert un nouveau modèle étant donné que l’ancienne avait été complètement détruite dans cette action.

Des stars du Bayern de Munich vont voir régulièrement des enfants atteints du cancer à l’hôpital et leur offrent des billets pour les matchs dans la Allianz Arena.

L’écrivain David Van Reybrouck offre son livre à un prix bradé pour l’Afrique.

En Allemagne, des comédiens artistes comme Kontra K et Luke Mockridge ont laissé venir gratuitement à leurs spectacles des gens qui leur avaient écrit sur Instagram que le prix des billets étaient trop chers.

Ces petits gestes sont idéaux pour améliorer son image et gagner de nouveaux clients.

6. Apporter une plus-value aux clients fidèles

Apple est un précurseur en la matière.

Tout commence avec un produit de la marque, comme un iPhone.

Grâce au cloud, l’iPhone se met tout de suite en réseau avec les autres produits de la marque acquis par la suite.

Le calendrier est sur le Mac, l’iPad connaît la série préférée et l’Apple Watch vous réveille à l’heure pour votre rendez-vous en cas de panne d’oreiller.

Cette plus-value existante lorsqu’on possède plusieurs produits d’une même marque incite beaucoup de gens à racheter leurs nouveaux produits dans la même marque.

Ce modèle est particulièrement attractif car son effet se renforce à chaque nouvel achat du client.

Plus les appareils du client sont connectés, plus il sera prêt à étendre ce réseau.

En même temps, il est improbable que le client se tourne vers une autre marque, excluant ainsi une partie de ses appareils de son réseau.

Ce cas n’est que l’exemple d’une marque.

Il y en a d’autres dans d’autres branches : si un client vient souvent au garage, on peut lui offrir des réductions ou être plus flexible dans la prise de rendez-vous.

Si un producteur de logiciels a un client fidèle depuis de nombreuses années, on peut lui offrir de tester gratuitement la version premium pour une période donnée, et peut-être même qu’il l’achètera.

Et même s’il ne le fait pas, il aura le sentiment qu’on pense à lui et que l’entreprise ne s’occupe pas seulement des nouveaux clients, mais aussi des clients existants.

7. Exploiter le Growth Hacking

Les « growth hacks » sont très appréciés en marketing.

Il ne s’agit de rien d’autre qu’une action marketing à petit budget qui a un grand effet.

Ces growth hacks ont généralement lieu en ligne car on peut atteindre rapidement la plus grande portée.

Le meilleur exemple de cette stratégie a été réalisé déjà en 1998 par Hotmail : à la fin de chaque email envoyé à partir d’un compte Hotmail avait été ajouté la mention « PS I Love You : Get your free Hotmail Account ».

À une époque où tous les serveurs d’email n’étaient pas gratuits, Hotmail est passé en peu de temps à 12 millions d’utilisateurs. Cela a littéralement payé puisque Microsoft a racheté la marque pour 400 Millions de dollars.

La stratégie de PayPal, plus chère mais tout aussi efficace, a été d’offrir 10$ à chaque nouvel utilisateur.

L’entreprise a pu ainsi enregistrer plusieurs millions d’utilisateurs peu après la phase start up.

Plus élégant car nécessitant moins de budget : la stratégie de Dropbox, qui a décidé de ne pas récompenser que les nouveaux clients mais aussi les clients existants.

Lorsque Dropbox gagnait un nouvel utilisateur par l’intermédiaire d’un utilisateur existant, les deux utilisateurs gagnaient gratuitement 500 Megabyte d’espace de stockage.

On pouvait même parrainer plusieurs personnes et gagner ainsi beaucoup d’espace de stockage.

En l’espace de quinze mois seulement, cette stratégie a permis à Dropbox de passer de 100 000 à plus de 4 millions d’utilisateurs dans le monde.